Afin de vous proposer le meilleur service possible le site utilise des cookies. En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation.
Shopping cart Panier 0 Produit Produits (vide)

Aucun produit

À définir Livraison
0,00 € Total

Commander

Produit ajouté au panier avec succès
Quantité
Total
Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.
Total produits
Frais de port  À définir
Total
Continuer mes achats Commander

Ciceronis M.T. Ad M. Brutum orator, Cicéron Impression de Michel de Vascosan Paris 1536

1 360,00 €

LRB25092014

Occasion

La description

Un classique dans une belle impression de Michel de Vascosan, le gendre de Josse Bade. Impression à longue ligne, de mise en page très moderne.

Plus de détails

En savoir plus

Ciceronis M.T. Cicéron 

M.T.Cicéronis ad M.T.Orator Illustratus Iacobi Lodoïci Rhemi commentariis

Parisiis M.D.XXXVI   Apud Michaelem Vascosanum ,in Vico D.Jacobi ,sub signo Fontis : Cum gratiae  privilegio in triennum

Au colophon Typis imprimebat Michael Vascosanus Lutetia anno MDXXXVI tertio Idus Iulii.




In quarto (feuillets de 220 x 170 mm ) de 6 feuillets non chiffrés, 127 feuillets chiffré I , CXXVII . Paris Michel de Vascosan 1536. reliure XXe plein veau pastiche orné de filets à froid formant encadrement à la Dusseuil avec fleurons Aldes au centre et en écoinçon. La marque d'imprimeur et quelques lettrines ont été anciennement misent en couleur. 


Bon état général quelques rares rousseurs, le papier du cahier FF a roussi. de nombreux passages ont été soulignés et de rares fois annotés . Six emplacements marginaux ont été nettement découpés (sans atteinte au texte) puis ré-emmargés très probablement pour récupérer des cachets de cires ?  En effet on note sur certains feuillets adjacents à ces découpes une infime empreinte. Provenance bibliothèque Armand Notter mais sans son ex-libris.

On remarquera que pour cette impression, Michel de Vascosan utilise encore la marque de Josse Bade son beau père. D'autre part, toujours moderniste, il abandonne la glose qui entoure le texte, mais utilise simplement deux polices très différentes et alterne texte de Ciceron à 29 lignes longues par page, avec les annotations et commentaires à 42 lignes par pages. (Voir photo du verso folio III recto folioIIII).  

Nous imaginons bien que ce type de mise en page facilite grandement le travail de préparation typographique. Il conserve un registre in fine qui nous confirme bien qu'il faut 6 feuillets au premier cahier (+ vero ternus) et 4 feuillets dans tous les autres (Omnes sunt duerni)